Particuliers Entreprises & Collectivités

Efficacité énergétique des électroménagers : comment comparer ?

Publié le 16 février 2024

Lire l'article

L’efficacité énergétique des électroménagers revêt une importance croissante dans notre société soucieuse de préserver l’environnement et de diminuer la consommation d’énergie. Face à une multitude d’options sur le marché, il devient essentiel de comprendre comment comparer ces appareils afin de faire des choix éclairés. En effet, les électroménagers efficaces sur le plan énergétique ne se contentent pas de réduire les coûts à long terme, mais contribuent également à minimiser l’empreinte écologique. Alors, comment être sûr de faire les bons choix ? la bellenergie éclaire votre lanterne sur le sujet.

Qu’est-ce que l’efficacité énergétique des appareils électroménagers ?

Votée en 1992 par la Commission européenne, une directive européenne a imposé l’étiquetage énergétique sur les appareils électroménagers. Le but était alors de permettre aux consommateurs d’obtenir rapidement et facilement des informations claires sur les performances énergétiques de certains appareils électroménagers. Ainsi informés, il était plus facile de faire un choix intelligent et de s’orienter vers des appareils moins gourmands en énergies. Et qui dit appareils moins consommateurs en énergie, dit aussi factures allégées et planète protégée.

Comment est calculé la classe énergétique ?

Comment est calculée la classe énergétique d’un appareil ?

D’un appareil à l’autre, les indicateurs qui permettent son classement énergétique ne sont pas les mêmes. On ne comparera, en effet, pas de la même façon un four ou un lave-linge. Par exemple, pour une machine à laver, on prendra en compte des critères comme sa consommation d’eau annuelle (en litres), sa capacité (en kilos), la classe d’efficacité de son essorage. Pour un four, les critères sélectionnés sont ceux du volume de la cavité (en litre) et de la consommation énergétique du four en fonction des modes de cuisson (conventionnelle, chaleur tournante, grill). Pour certains appareils, tels que les télévisions et les écrans, la consommation de l’appareil en veille doit aussi être indiquée et participe à leur notation.

Bon à savoir – La réparabilité : un autre critère pour déterminer la durabilité d’un appareil

Depuis la loi Hamon du 17 mars 2014, les fabricants et revendeurs sont dans l’obligation d’informer clairement les consommateurs sur la disponibilité des pièces détachées pour les appareils qu’ils produisent et vendent. Depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité sur certaines catégories de produits (smartphone, tondeuse, lave-linge, télévision, etc.) vient compléter l’étiquette énergie. Cet indice offre la possibilité à chacun d’acheter de façon éclairée des appareils réparables et donc plus durables.

Les différentes classes énergétiques

À ses débuts, l’étiquette énergétique classe les appareils sur une échelle de notes allant de A pour les plus performants à G pour les plus énergivores. Visuellement cette échelle est représentée par des couleurs allant du vert au rouge.  

Mais voilà, la technologie évoluant, les appareils électroménagers montent en gamme et les fabricants font de plus attention à l’efficacité énergétique de leurs produits. Ainsi en 2017, 90 % des appareils ont atteint la classe A. On voit alors apparaître de nouvelles catégories A+, A++ et A+++ qui sont censées montrer la diversité des appareils économes en énergie. Mais avec cette multiplication de + derrière le A, le système commence à perdre de sa valeur et le consommateur a du mal à s’y retrouver.  

Dans une nouvelle directive mise en place en mars 2021, l’Union européenne décide donc de revenir au système initial. Exit les A+, A++, A+++, on revient à une note allant de A à G. Comme le souligne, l’Ademe « Aucun appareil mis en vente avant le 1er mars 2021 n’est classé A sur la nouvelle échelle, afin de stimuler les progrès technologiques et pouvoir classer sur cette étiquette les nouveaux produits encore plus économes. » 

Le tableau ci-dessous permet de visualiser rapidement les différentes classes énergétiques disponibles pour chaque type d’appareil.

Classement des appareils, du meilleur ou moins bon
Source Ademe

Comment lire une étiquette énergétique ?

Pas toujours évident de décrypter les étiquettes énergie. Voici les informations que vous pouvez y trouver :  

Une notation des performances énergétiques allant de A (couleur verte) à G (couleur rouge) ; 

La consommation électrique de l’appareil calculée en kWh (kilowattheure). Le mode de calcul change en fonction du type d’appareil. Pour une machine à laver, par exemple, elle représente la consommation d’énergie pour 100 cycles ; 

Un QR code présent sur l’étiquette vous permet d’accéder à la page dédiée au produit sur la base de données européennes des étiquettes énergétiques Eprel ; 

Des icônes délivrent des informations spécifiques selon la nature du produit : durée des programmes (en minutes), capacité d’accueil (couverts, vêtements…), dimensions, température… ; 

Le niveau sonore de l’appareil en fonctionnement est affiché à l’aide d’une classe de perception sonore de A à D.

Étiquette énergétique d'un  équipement électroménager
Étiquette énergétique d’un équipement électroménager

Quelles économies espérer en optant pour une classe énergétique supérieure ?

Choisir un appareil électroménager bien classé est pour vous l’assurance de réaliser de significatives économies. La preuve en chiffres. 

Réfrigérateurs, congélateurs, appareils combinés :  

Il existe encore très peu d’appareils de ce type classés en classe A. Nous comparerons donc ici une classe C avec une classe F. Opter pour la première catégorie plutôt que la seconde vous permettra de faire jusqu’à 50 % d’économies d’énergie ! 

Les lave-vaisselles 

Les meilleurs lave-vaisselles sont classés B, mais les offres en C restent plus courantes. Sachez que comparer à un lave-vaisselle classé F, un appareil noté C vous fera réaliser 30 % d’économies d’énergie. 

Les lave-linges 

Les modèles les plus performants sont classés A. Changez d’une classe et vous gagnerez entre 12 et 13 % sur vos factures d’énergie. 

Les téléviseurs 

On distingue ici les télévisions dont les meilleures notes ne dépassent pas pour l’instant E, des écrans dont les plus performants actuellement sont classés B. Un changement pour une classe énergétique supérieure et ce sera pour vous entre 15 et 20 % d’économies.

Bon à savoir – La consommation d’un appareil notée sur l’étiquette : une information à titre indicatif

La classe énergétique attribuée à un appareil électroménager est un bon moyen de se faire une idée de son efficacité. La consommation moyenne en kWh des appareils est également indiquée sur les étiquettes énergie. Cette information vous permet de vous rendre compte de l’impact que pourrait avoir un produit sur sa facture d’énergie. Mais attention, ces chiffres sont donnés à titre indicatif et ne sont qu’une approximation. Ils sont obtenus en établissant des moyennes de consommation. Si vous souhaitez calculer l’impact réel d’une machine sur une facture en multipliant, utilisez ces 3 paramètres :

 

– la puissance électrique de l’appareil exprimée en Watt ou kiloWatt ;
– le nombre d’heures par jour d’utilisation ;
– le nombre de jours annuel d’utilisation.

 

Prenons l’exemple d’un téléviseur de 100 w qui marche 2 heures chaque jour :
100 x 2 x 365 = 67 000 Wh
Il consomme 67 kWh par an.

Il ne vous reste ensuite plus qu’à multiplier ce résultat par le prix du kWh en vigueur pour obtenir le coût annuel de votre téléviseur.

Pourquoi l’efficacité énergétique d’un appareil est-elle importante pour l’impact environnemental ?

Si vous faites attention à l’étiquette énergétique d’un appareil, c’est certainement parce que vous êtes intéressé par sa consommation d’énergie et l’impact qu’elle pourrait avoir sur vos factures. C’est bien normal, elle a été créée pour cela après tout.  

Choisir des appareils électroménagers économes en énergie, c’est aussi s’engager pour l’environnement. Les appareils électroménagers représentent une part non négligeable des émissions de CO2 d’un foyer. Une étude de l’Ademe relate ainsi qu’un foyer français possède en moyenne 99 appareils électroménagers. Rien que ça !! Sèche-linge, grille-pain, sèche-cheveux, cafetière, machine à laver, aspirateur… la liste se remplit vite ! Ainsi l’électroménager correspond à 25 % des émissions de CO2 d’un foyer. Vous vous rendez compte, il s’agit d’un quart !  

Pour réduire notre empreinte carbone, vous comprendrez très rapidement l’intérêt de choisir des appareils moins énergivores et dont le processus de fabrication est aussi plus respectueux de l’environnement. 

Alors oui, les appareils avec une notation élevée peuvent être plus chers à l’achat, mais sur le long terme ils vous font gagner de l’argent tout en réalisant un geste pour la planète.

Nos conseils pratiques pour un choix responsable

Nos conseils pratiques pour un choix responsable

Nous vous avons convaincu et pour vous c’est désormais une évidence : le prochain appareil électroménager que vous achèterez sera énergétiquement bien classé. Mais alors, comment s’y retrouver parmi les nombreuses offres sur le marché ? Comment être sûr de faire les bons choix ? Suivez ces quelques conseils pour des achats plus engagés.

1er conseil, peut-être évident : êtes-vous sûr d’avoir besoin de l’appareil que vous envisagez d’acheter ? En effet, cela peut paraître bête, mais un appareil dont vous ne vous servez pas, c’est un appareil qui ne consomme pas ! Et quand on sait que sur les 99 appareils en moyenne que compte votre foyer, il y en a 6 que vous n’utilisez pas, se poser la question du besoin parait plus légitime. Il peut être également intéressant de bien dimensionner les appareils en fonction de vos besoins. Par exemple, avez-vous vraiment besoin d’une machine à laver 10 kg alors que vous n’êtes que 4 ? Il peut aussi être important d’adapter la taille du frigo en fonction de celle de votre famille.

Prenez de plus le temps de lire les étiquettes énergétiques. En fonction du tableau que nous indiquions plus haut, privilégiez les appareils avec la meilleure classification en fonction du type d’appareil. Choisissez ainsi un lave-linge classé A et une télévision classée E. Même s’ils sont séduisants et peuvent paraître pratiques, les appareils électroménagers connectés (réfrigérateur, four…) sont souvent plus énergivores et multiplient les risques de pannes.

Bon à savoir : Réparer un vieil appareil électroménager : une fausse bonne idée ?

On parle ces derniers temps beaucoup de durabilité et de réparabilité. Alors en réparant votre vieux lave-vaisselle, vous vous dites certainement que vous ferez un geste pour la planète. Si l’intention est bonne, l’idée n’est pas forcément toujours la meilleure. Si votre appareil a déjà quelques années, il y a de grandes chances pour qu’il soit énergivore. Mieux vaut parfois plutôt opter pour l’achat d’un électroménager récent qui consommera moins. A vous de juger quelle est la meilleure option en fonction de l’ancienneté et de l’utilisation de celui-ci.

Vous l’aurez compris pour éviter une surconsommation électrique et donc des factures d’énergie élevées, il est important de prêter attention à l’étiquette énergétique des appareils électroménagers. Si votre porte-monnaie vous remerciera de ce geste, la planète aussi, et c’est certainement là le plus important. Pour consommer mieux et dépenser moins, d’autres alternatives existent. La domotique, par exemple, vous en avez déjà entendu parler ? Ces systèmes connectés vous permettent de piloter à distance les appareils de votre maison et ainsi d’optimiser leurs usages et leur consommation. Vous pouvez, par exemple, contrôler la température de vos pièces grâce à des thermostats connectés. Et quand on sait que 1 °C de moins, c’est 7 % de moins sur la facture d’énergie, on voit tout de suite l’intérêt. Avez-vous aussi déjà pensé à souscrire votre contrat d’énergie auprès d’un fournisseur d’électricité verte comme la bellenergie ?

Ça peut vous intéresser

Souscrire