Particuliers Entreprises & Collectivités

Qu’appelle-t-on maison éco-responsable ? 

Publié le 16 février 2023

Lire l'article

Face à la flambée du prix de l’énergie, les propriétaires sont de plus en plus nombreux à opter pour l’éco-conception. Ainsi, construire une maison responsable est, d’une part un geste en faveur de la planète, et d’autre part un excellent moyen de réaliser d’importantes économies sur le long terme.
Le premier écogeste commence donc à la construction de sa maison. 

Qu’est-ce qu’une maison éco-construite ou écologique ? 

Une maison écologique est respectueuse de l’environnement à plusieurs niveaux. Chaque étape de sa construction est pensée pour préserver la planète et à terme ses habitants. 

La construction éco-construite limite la pollution de deux manières  :

  • En réduisant les besoins énergétiques tant dans l’utilisation finale du bâtiment que dans la fabrication de ses matériaux de construction ; 
  • En réduisant la déperdition énergétique et en optimisant les sources d’énergies. 

Pour ce faire, chaque étape de sa conception est soigneusement réalisée pour répondre aux objectifs suivants :

  • Lors de la réalisation des plans, elle est conçue pour s’adapter parfaitement à son environnement (Orientation optimisée par rapport au soleil, création d’ombre par la conservation de végétations existantes ou l’ajout d’arbres par exemple) ; 
  • Les matériaux de construction sont naturels, non polluants, recyclés et/ou recyclables, avec une empreinte carbone limitée ;
  • Les équipements sont modernes et prévus pour réduire ses besoins énergétiques (chauffage, électricité, ventilation, isolation, panneaux photovoltaïques, etc.). 

L’isolation thermique est la solution écoresponsable par excellence. Ce point tient une place majeure dans la nouvelle réglementation thermique et environnementale, la RE 2020 en vigueur depuis le 1er janvier 2022 remplace la RT2012 et se veut plus ambitieuse et exigeante. 

La réglementation RE 2020 pour des maisons éco-conçues

Cette nouvelle réglementation vise à améliorer la performance thermique des habitations neuves (maisons individuelles et logements collectifs pour lesquels le permis de construire est déposé). La RE2020 fixe, en effet, un seuil limite de consommation en énergie en tenant compte de l’ensemble des consommations d’usage de la maison : chauffage, ventilation, climatisation, eau chaude sanitaire, électroménager, informatique, etc.

L’isolation thermique est un point crucial de la RE 2020, l’objectif du gouvernement étant, en effet, la neutralité carbone d’ici 2050. Le secteur résidentiel et le secteur tertiaire représentent un quart des émissions nationales de gaz à effet de serre. Décarbonation et sobriété énergétique sont ses principaux objectifs. 

Ce sont des thermiciens qui seront les garants du respect de ces nouvelles règles et qui valideront ou non la conformité de l’habitat au point final de la construction.

Instaurée en janvier 2022, au lieu de 2020 comme l’indique pourtant son nom, ses exigences et applications restent encore très floues auprès des constructeurs. Ceux-ci se trouvent bien démunis quand il s’agit d’expliquer les tenants et les aboutissants à leurs clients. De nombreuses zones d’ombres restent encore à éclaircir sur la manière de les appliquer. Pour exemple, le pourtour méditerranéen semble être une zone de tension pour rendre les constructions conformes.

Quelles sont les différentes catégories de maisons éco-conçues ? 

Bois, paille, chanvre, liège, cellulose, différents matériaux biosourcés sont utilisés dans la construction d’une maison écologique. Si cette prérogative est commune à l’éco-conception, il existe en revanche différentes catégories de maisons vertes. 

L’habitation BBC

L’habitation BBC, Bâtiment Basse Consommation, est le type de bâtiment le plus répandu en France. Il a en effet été rendu obligatoire par la RT 2012. Le label BBC est accordé aux habitations qui ne dépassent pas 50 kWh d’énergie primaire par m² sur une année. Cette limitation concerne à la fois le chauffage, la climatisation, la ventilation, l’éclairage et la production d’eau chaude. Ce type de bâtiment est 3 à 4  fois moins gourmand que ceux construits sous les normes précédentes (RT 2005).  

L’habitation bioclimatique

Une maison bioclimatique utilise les ressources naturellement présentes sur son lieu d’implantation. Elle entre, en général, dans le cadre des constructions haute qualité environnementale (HQE) et suit, entre autres, les règles suivantes :

  • Elle est orientée plein sud pour qu’elle puisse être chauffée naturellement, 
  • Elle est ombragée par des arbres à feuilles caduques, 
  • Ses pièces de vie sont implantées au sud et celles qui peuvent rester fraîches sont situées au nord.   

Son objectif est de se substituer à certains systèmes de chauffage en privilégiant les matériaux de construction qui optimisent au maximum son isolation.  

L’habitation passive 

Le principe de la maison passive est qu’elle est chauffée par : 

  • La chaleur intérieure dégagée par les équipements, les habitants, etc. ; 
  • Et la chaleur extérieure, provenant des rayons du soleil. 

Elle utilise les mêmes règles de construction que la maison bioclimatique avec un accent encore plus prononcé sur l’isolation de très haute performance. L’apport du soleil occupe également une place importante dans sa construction. Les vitrages représentent en général entre 40 et 60 % de ses surfaces. Mais attention, ce type d’habitation ne répondra peut-être plus à la RE2020 qui exige, selon le projet, l’orientation et la région d’implantation, un ratio de 50% de zones de vide (surfaces vitrées) pour 50% de zones pleines (cloisons).

L’habitation positive 

La maison positive ou BEPOS (bâtiment à énergie positive) possède la caractéristique de produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Autonome en énergie, elle possède une unité de production d’énergie (pompe à chaleur, capteurs solaires, etc.) et utilise les mêmes principes de construction que la maison passive. 

L’éco-conception est sans nul doute la norme de construction de demain. Son principal frein est toutefois son coût. La maison écologique est en effet bien plus coûteuse que la maison traditionnelle. En revanche, les économies qu’elle permet de réaliser viennent à compenser cet investissement sur le long terme.

Une étude publiée par le site seLoger nous montre que près de la moitié des rénovations de logement concernent aujourd’hui l’isolation. Vous n’avez plus qu’à sauter le pas ! 

Si vous n’avez pas le projet de construire une maison neuve prochainement, des aides financières pourraient vous aider à alléger l’addition dans le cas d’une transformation de logement existant, dans le but de réduire sa consommation en énergie. la bellenergie a listé les aides disponibles juste ici.

Ça peut vous intéresser

Souscrire